Retour

La problématique du « Monde d’après » le Covid-19

Il y a, évidemment, un avant et un après Covid-19, pour vous, pour nous, comme pour l’ensemble de la société.

Le Covid-19 est une crise inédite et singulière qui a mis à l’arrêt l’économie mondiale en moins de trois semaines. La France est entrée officiellement en récession avec un PIB en chute de 6 % sur le 1er trimestre. Sur l’année 2020, le gouvernement table sur un recul de l’activité économique à hauteur de 8 % – du jamais-vu depuis 1945. Malgré le caractère protecteur de notre modèle politique et les caractéristiques de notre économie (financement intermédié et épargne orientée en majorité vers le monétaire), les effets de cette crise se font déjà sentir : chute de la production (-2,6 points de PIB par mois de confinement, soit 60 Md€1) ; hausse du chômage (1/3 des salariés au chômage partiel, soit 8 M de salariés2) ; baisse du recrutement (le site internet de Pôle emploi a enregistré, entre le 24 mars et le 6 avril, une « fonte » de 143K offres d’emplois3), effondrement des marchés (chute du CAC 40 tombé à 4 506,85 points le 9 avril c. 5 964,08 points en moyenne sur les deux premiers mois de l’année), et boom de la dette publique (les mesures de sauvetage sont estimées à 110 Md€, le déficit public devrait atteindre 9 % du PIB cette année et la dette atteindre 115 % du PIB).

Au-delà du choc économique et social, national et mondial, qui sera brutal, de nombreuses incertitudes perdurent : quelle trajectoire de la pandémie ? Quelle efficacité des mesures de confinement ? Il est difficile de bâtir des scénarios de sortie de crise, même si on peut distinguer deux approches : celle d’un progressif « retour à la normale » après plusieurs mois de confinement, et celle, en yoyo4, alternant période de confinement et de déconfinement en fonction des phases ascendantes ou descendantes de l’épidémie, et ce jusqu’à la découverte d’un vaccin.

On peut par ailleurs s’interroger sur la signification même de cet éventuel « retour à la normale ». De quelle « normalité » parle-ton désormais ? Jamais, dans la période moderne, une crise sanitaire n’avait eu des impacts économiques et sociaux aussi forts et immédiats. Ce qui a changé, au fond, c’est la perception du monde dans lequel nous vivons. C’est une perte de repères généralisée qui atteint les individus, les entreprises, les gouvernements, les Etats.

Ce qui ne change pas, ce qui est même renforcé par la crise, c’est votre vocation, en tant que partenaires majeurs de la société, d’accompagner les Français et l’économie réelle. Ce qui ne change pas également, c’est notre mission, celle d’accompagner les acteurs des services financiers dans leurs problématiques de transformation, de croissance et d’innovation, problématiques cruciales pour répondre aux enjeux de la crise que nous traversons.

En cette période particulière, Exton est plus que jamais mobilisé aux côtés de ses clients afin de leur apporter les ressources stratégiques et organisationnelles dont ils ont besoin : pour aujourd’hui, pour préparer la reprise à court terme, mais aussi pour opérer les transformations de demain.

Dans ce numéro spécial Covid-19, nous ne cherchons pas à accumuler conjectures et projections par essence hypothétiques ou fantaisistes dans ce moment de grande incertitude. Nous cherchons à vous apporter, dans un esprit pratique et réaliste, et correspondant à vos besoins les plus essentiels durant cette période, quelques éléments de réflexion et scénarios « raisonnés » pour préparer dès à présent « le monde d’après ».

Prenez soin de vous.

 

Pour en savoir plus : Découvrez l’intégralité de notre Lettre IFS 49